Le réchauffement climatique (14/16)

La place prépondérante de l’électricité


Sommaire :

  1. Le poids de l’électricité dans la production d’énergie finale
  2. Le poids prépondérant de la production d’électricité dans les émissions du CO2
  3. L'impossible défi du 100% EnR avec l'éolienne et le solaire
  4. La stabilité du réseau électrique
  5. Notre électricité de Tahiti
  6. L’avenir du marché de l’électricité en Polynésie

Tout d'abord, rappelons un principe fondamental : l'électricité produite doit être consommée immédiatement, car l'électricité consiste en des électrons en mouvement qu'on ne peut pas stocker (chrono 14:20). Par ailleurs, le stockage de l'électricité sur batteries est encore TRES TRES loin de pouvoir répondre à nos besoins.

Roulons tous en voiture électrique rechargée à partir d’un réseau électrique alimenté, précisons-le bien, par des groupes électrogènes! Malheureusement, ce slogan se heurte à une "loi de la physique" bien connue : l’augmentation de l’entropie qui fait que la qualité de l’énergie se dégrade toujours du concentré vers le dispersé ou de l’ordre vers le désordre p.5. Tout d’abord un peu de vocabulaire pour définir les différentes étapes de notre consommation d’énergie, avec les pertes énergétiques successives dues aux lois de la physique (voir schéma ci-dessous) :

  • L’énergie primaire : C’est l’énergie disponible à l’état brut dans la nature avant toute transformation : le pétrole, le gaz, le charbon, le bois, l’uranium, le vent, les rayons solaire, l’océan, etc. L’électricité n’en fait pas partie puisqu’on n’en trouve pas dans la nature ; il faut la fabriquer.
  • L’énergie secondaire : C’est par exemple la quantité d’énergie électrique qu’il reste (1/3) après la transformation de l’énergie primaire. On brûle un combustible (charbon, gaz, fioul) pour chauffer de l’eau et produire de la vapeur qui va faire tourner une turbine et produire ainsi de l’électricité que l’on qualifiera d’énergie secondaire puisque fabriquée avec 2/3 de pertes d’énergie primaire via un procédé de transformation. C'est aussi le cas pour l'essence, un produit final qui a été raffiné pour faire tourner le moteur d'une voiture.
  • L’énergie finale : C’est l'énergie au stade final de la chaîne de transformation de l'énergie, c'est-à-dire au stade de son utilisation par le consommateur final. C'est le cas du courant arrivé au compteur électrique EDT d'un abonné ou de l'essence stockée dans le réservoir d'une voiture.
  • L’énergie utile : C’est celle qui procure le service recherché. Par exemple quand on allume une ampoule à incandescence, on ne récupère que 12% de l’énergie finale ! Le reste est parti en chaleur.

Il faut environ 2,58 à 3 kWh en équivalent d’énergie primaire pour produire 1 kWh d’électricité arrivé au compteur électrique d’un consommateur : soit une perte de 2/3 due à l’augmentation de l’entropie. Puisque dans notre mix électrique 2018 l’énergie thermique a pesé pour 62,85% sur l'île de Tahiti uniquement (contre 69,8% pour Tahiti + îles), le Pays considéré comme importateur et consommateur d’énergie finale aura alors abouti à une perte en rendement énergétique de 42% = 2/3 x 62,85%. Donc le Pays a plus intérêt à promouvoir (au détriment des voitures 100% électriques), les moteurs hybrides ou classiques à essence ou diesel pour éviter ces 42% de pertes d’énergie en amont dues à l’augmentation de l’entropie ! C'est l'option macroéconomique stratégique à optimiser en attendant de pouvoir, du moins espérons-le, alimenter à court terme tout le réseau électrique de l'île de Tahiti (EDT-Nord et Secosud) à partir de l'EnR : l'hydroélectricité, l'énergie solaire et, si c'est bien acceptée par les polynésiens, l'option éolienne.

A titre indicatif, après vingt ans de développement selon l’Union Bancaire Privée de Suisse, ci-dessous la part de l'éolien (2%) et du solaire (1%) dans la consommation finale d'énergie mondiale qui est beaucoup plus large que l'énergie électrique (une énergie secondaire ou finale; voir tableau infra chiffres 2018 de la Polynésie).

Rappelons que l'énergie finale correspond à celles qui sont utilisées à la satisfaction des besoins de l’homme. La satisfaction des besoins peut être :

La consommation d’énergie finale est :

De plus, la voiture électrique (voir ci-dessous) utilise des technologies qui dépendent énormément de "terres rares" monopolisées par la Chine (voir l'interview "L'enfumage de la transition écologique?" de Guillaume PITRON auteur du livre "La guerre des métaux rares"). Leur extraction et leur raffinage, impliquant une forte consommation d'énergie fossile, ont des conséquences néfastes sur l’environnement (voir également le film "Planet of the humans" de Michael Moore avril 2020).

François-Xavier Pietri, dans son livre réquisitoire "Voiture électrique : ils sont devenus fous" octobre 2022, éclaire l'absurdité économique et la contre productivité sur plan écologique de la décision de la Commission de Bruxelles d'interdire dès 2035, la vente de tous les véhicules émetteurs de CO2 (à moteurs diesel, essence et même hybrides), pour les raisons principales suivantes :

Par ailleurs, Pierre Allemand, ingénieur chimiste et ancien chercheur démontre que les limites de la physique ne permettent pas de recharger la batterie d’une voiture électrique en moins de 5 minutes.

1. Le poids de l’électricité dans la production d’énergie

La part de l’électricité dans le bilan mondial 2015 de la production d’énergie finale a été de 18,5% et la progression annuelle de cette part est estimée à environ 2% jusqu’en 2035.

En 2016, la production mondiale d’électricité a été générée selon la répartition suivante :

Donc pour réussir la transition énergétique dans la production mondiale d’électricité, il faudra qu’à court terme l’hydraulique 16,6% et les Autres EnR (5,6%) prennent le relai du Thermique à flamme (65,1%) en supposant que l’énergie nucléaire (10,4%) soit condamnée à décroître dans le mix électrique. Ci-dessous l'évolution de cette même production mondiale d'électricité à fin 2018.

Concernant la Polynésie, les chiffres de 2014 ont montré une énergie électrique issue d’énergies renouvelables à 33 % dont 75 % d’hydroélectricité (donc 24,7% = 75% x 33%), 15 % de photovoltaïque (donc 5% = 15% x 33%) et 10 % de substituts énergétiques (chauffe-eau solaires, SWAC…). On a constaté une bonne évolution pour 2016 puisque 38% de la production électrique de Tahiti était d'origine renouvelable, grâce principalement à l’hydroélectricité. Selon la TEP : "La consommation d'électricité a augmenté beaucoup plus rapidement que la population. En effet, l'île de Tahiti comptait 125 000 personnes en 1986, lesquelles consommaient 196 millions kWh. Cette consommation a atteint 316 et 477 millions kWh respectivement en 1996 et 2006. Ainsi, entre 1986 et 2006, la population a augmenté de 45% tandis que ses besoins en énergie croissaient de plus de 145%. Ces dernières années, la croissance est moins forte. En 2012, la population de Tahiti a consommé environ 500 millions kWh".

Plus récemment, ci-dessous la situation de notre dernier mixte électrique pour Tahiti et les 19 îles en concession EDT (source : les chiffres clés EDT ENGIE EN BREF pour 2018). Attention le marché de SECOSUD (Tahiti-Sud) est "normalement sous-entendu inclus" pour l’ensemble de l’île de Tahiti.

Source : EDT

Selon le Plan Climat Energie PF 2015 p.12, en 2014 la Polynésie a importé 279 millions de Kg de combustibles fossiles (12% en valeur du total des produits importés) correspondant à 94% de l’énergie primaire consommée dans le fenua.

Donc l’objectif stratégique est de réduire ces importations par plus d’énergies renouvelables (EnR) dont l’hydroélectricité qui, selon Tahiti-Infos du 07/12/2021, a affiché une production-record durant la semaine du 29 novembre au 5 décembre 2021 : 47 632 kWh d’hydroélectricité produits en une heure et 1 075 056 kWh en une journée; ce qui représente 61% de la production totale d’électricité, incluant les productions d’énergie photovoltaïque soit 7,6%, et d’énergie thermique qui compte pour 31,4%. Le 2 décembre 2021, EDT a constaté un record de placement d’EnR (énergie hydraulique et photovoltaïque) sur le réseau électrique de Tahiti avec un pourcentage de 72,4% contre 27,6% d’énergie thermique.

Source Tahiti-Infos du 07/12/2021 Cocorico donc juste pour un jour de production sur 365 jours dans l'année. Mais c'est déjà pas mal!

Mais nous dépendons des grands projets de barrage qui peinent à "sortir de l’eau" face aux riverains protestataires qui veulent à tout prix préserver leur vallée aux dépens d’une meilleure indépendance énergétique du Fenua. L’hydroélectricité est pourtant l’EnR rêvée par excellence en termes de stabilité contre l’intermittence du courant électrique, de coût de production bas (le Conseil des ministres a fixé son prix de vente à 12,66 f/kWh -voir l’arrêté n° 205 CM du 25 février 2016, article 1), d’émissions de CO2 peu élevées et de rendement énergétique avec quasiment 0% de perte contre les 2/3 mentionnées ci-dessus. Mais le poids de l’hydroélectricité dans notre mix énergétique à terme ira en s’amenuisant pour deux raisons principales : 

2. Le poids prépondérant de la production d’électricité dans les émissions de CO2

Selon la Banque mondiale la production d’électricité et de la chaleur dans le monde en 2014 a contribué à 49% dans le total des émissions de CO2 provenant de la combustion de l’énergie fossile. Voyons donc les sources d’énergies qui permettent de produire de l’électricité.

Au 10/10/2021, le site web electricitymap.org qui rapporte en temps réel l'Intensité carbone (gCO₂eq/kWh) émanant de la production électrique de chaque pays, confirme l'excellente 13ième place mondiale de la France avec 35g contre 372 g pour l'Allemagne classée 64ième; soit 10,6 fois moins!

Les chiffres de 2012 du tableau ci-dessus dressent le constat suivant dans la production mondiale d’électricité :

Le premier réacteur de la centrale nucléaire de Fessenheim (Alsace) a fermé le 22 février 2020. Malheureusement cet arrêt d’énergie nucléaire bas-carbone va devoir être principalement compensé à court terme par des centrales électriques à base de charbon et de gaz (selon la logique du tableau ci-dessus) qui émettront à leur tour des millions de tonnes de CO2 en plus (voir l'article n°16/16 sur la comparaison des émissions de CO2 selon la source d’énergie).

3. L'impossible défi du 100% EnR avec l'éolienne et le solaire

L'Académie des sciences dans son avis du 8 juillet 2021 nous a rappelé ce truisme : «Les énergies renouvelables intermittentes et variables, comme l’éolien et le solaire photovoltaïque, ne peuvent pas, seules, alimenter un réseau électrique de puissance de façon stable et pilotable si leur caractère aléatoire n’est pas compensé. Il faut pour cela disposer de capacités massives de stockage d’énergie et/ou d’unités de production d’énergie électrique de secours pilotables. Le stockage massif d’énergie, autre que celui déjà réalisé au moyen des centrales hydroélectriques de pompage-turbinage, demanderait des capacités que l’on ne voit pas exister dans les décennies qui viennent. La pilotabilité, en absence de ces dernières, ne peut être assurée que par des centrales nucléaires, si l’on exclut les centrales thermiques utilisant les énergies fossiles.»

En électricité, distinguons bien l'Energie Produite (ou production électrique) de la Puissance Installée, par l’équation suivante :

 Energie Produite (Wattheures) = Puissance Installée (watts) x Temps (hr)

Donc selon cette formule l'Energie Produite ne dépend pas seulement de la Puissance Installée mais aussi du Temps de production. Plus le Temps (ou facteur de charge) exprimé en heures par an est élevé, plus le potentiel de production électrique est élevé. Or, le facteur de charge (ou facteur d'utilisation qui est le rapport entre l'énergie électrique effectivement produite sur une période donnée et l'énergie qu'elle aurait dû être produite si elle avait fonctionné à sa puissance nominale durant la même période) est moins intéressant pour les renouvelables selon les estimations suivantes (voir le tableau à l’article n° 12/16 du TPM n°419 du 31/10/2019). Revoici le tableau :

Plus le FACTEUR DE CHARGE en % diminue (Colonne B), plus la DUREE EN HEURES DE PRODUCTION/AN diminue (Colonne C) et donc PLUS on a besoin de PUISSANCE en MW à INSTALLER (Colonne G) pour atteindre l'objectif de 325 000 MWh/an pour l'île de Tahiti
Voir l'équation ci-dessus Energie Produite (Wattheures) = Puissance Installée (watts) x Temps (hr)

Selon François GERVAISla puissance photovoltaïque et éolienne installée ne sert à rien. Sa multiplication par autant que l’on voudra n’évitera pas le blackout. En fait, la faible "densité énergétique" de l’’énergie électrochimique limite la capacité de stockage des batteries du "courant continu" du solaire PV qui est difficilement transportable sur des grandes distances car les conducteurs s’échauffent. De plus comme pour le cycle de Carnot (qui limite les rendements des chaudières à vapeur chauffées au combustible fossile ou nucléaire pour produire de l’électricité), d’autres contraintes limitent le rendement de l’EnR :

Certes, comparées aux batteries classiques à plomb (utilisant les ions Pb2+ et Pb4+ du Plomb  pesant 207,2 u ou unité de masse atomique donc nettement plus lourd que les 6,94 u du Lithium), les nouvelles batteries Lithium-ion (utilisant les ions Li+), sont plus performantes sur les critères suivants :

  • 3 fois plus en densité énergétique, en général et 10 fois plus pour les batteries de voiture : 300 à 500 Wh/kg ;
  • durée de vie 2 fois plus longue en nombre de charges/décharges ;
  • 1,7 fois plus en capacité d’utilisation (« useable capacity" 85% contre 50%) ;
  • près de 10 fois plus rapide à recharger ;
  • résiste mieux au climat chaud et opère moins bien en climat très froid ;
  • risque d’explosion moins élevé que le risque lié à l’acide sulfurique contenu dans les batteries à plomb ;
  • moins polluant lors de sa fabrication.

Malheureusement, la batterie Lithium-ion reste encore 2 à 5 fois plus chère que la batterie classique à plomb. Mais en attendant une pénurie mondiale du Lithium, ci-dessous un graphique montrant la baisse constante de son coût (ramené en kWh), grâce à une meilleure économie d’échelle dans sa fabrication et sa commercialisation.

Source : https://www.autonom.ca/lead-acid-vs-lithium-ion-batteries/

Mais, on est donc encore très loin du compte pour répondre à notre énorme besoin en énergie. Ci-dessous un schéma montrant la capacité mondiale actuelle de stockage d’énergie de 51 Giga BTU comparée à notre consommation mondiale de 546 000 000 Giga BTU ; soit 0,000009341% !

Source : Youtube "Planet of the humans" Michael Moore ; point chrono 30:41

Par ailleurs, selon Jean-Marc Jancovici (enseignant de Mines ParisTech et fondateur du cabinet Carbone 4) dans L'USINENOUVELLE du 27/11/2020 : "Sur le stockage, aucune nouvelle technologie ne violera les lois de la physique. Le stockage électrochimique consiste à exciter des électrons dans des atomes de métal. Plus le métal est léger, plus il y a d’électricité stockée par unité de poids. On ne fera rien de mieux que la chimie du lithium, le métal le plus léger sur Terre. On est à 250 wattheures par kilo, on montera peut-être à 300, voire 1 000, mais pas à 10 000. Avec tout le lithium de la Terre, on ne pourrait stocker que quelques jours de la production électrique mondiale".

Selon un rapport publié le 25 avril 2022 par Eurométaux l’association européenne des producteurs de métaux (Metals for Clean Energy : Pathways to solving Europe’s raw materials challenge POLICYMAKER SUMMARY), vu l’essor mondial des énergies renouvelables et des véhicules électriques, un risque de pénurie mondiale menace plusieurs matériaux. Pour assurer sa transition énergétique d’ici 2030, l’Union européenne verra sa consommation augmenter de : +3 500 % pour le lithium, +2 600 % pour le dysprosium (terres rares), +330 % pour le cobalt. L’UE doit donc rapidement organiser son approvisionnement afin d’atteindre ses objectifs climatiques.

Dans un premier documentaire du 25/11/2020 "L'illusion de l'énergie verte | La face cachée des énergies vertes | ARTE", on voit les sérieuses limites de l'EnR. Dans un deuxième documentaire d’avril 2020 "Planet of the humans", Michael Moore nous démontre que l’énergie verte est loin d’être renouvelable. Dans une vidéo de PragerU.com "What's wrong with wind and solar? Mark Mill Senior Fellow du Manhattan Institute confirme cette illusion et nous appelle à plus de réalisme.

Creuser jusqu'où? Les limites de la croissance 13 mai 2013 Source : Mouvement Québécois pour une Décroissance Conviviale

En dernier, Aurore Stéphant ingénieure géologue minier (Systext), est interviewée le 22/01/2022 dans Thinkerview "L'effondrement : le point critique ?" Les ravages de l’exploitation minière : une réalité méconnue. Elle dénonce l'irréalisme des augmentations à atteindre dans la production minière, pour assurer la transition énergétique. En février 2023, elle récidive dans une autre interview "Effondrement : notre civilisation au bord du gouffre ?" dans laquelle elle réitère que les ressources minières de la planète Terre ne seront pas suffisantes pour soutenir la croissance continue de l'économie mondiale. Elle rejoint donc tristement la conclusion de Vincent Mignerot : voir l'article n° 10/16 "Allons-nous vers un effondrement inéluctable de l'espèce humaine ?" ; voir aussi à ce sujet dans le prochain article n° 15/16 "La passion l’emporte sur la raison ou l’utopie de la croissance verte".

4. La stabilité du réseau électrique

Pour produire les 325,5 GWh thermique de l’île de Tahiti (2018, SECOSUD inclus) avec de l’énergie solaire photovoltaïque (PV), il faudrait "tisser un réseau" de 434 installations PV (puissance 500 kWc) réparties stratégiquement autour de l’île (voir le tableau ci-dessous). Un réseau électrique ressemble à un réseau d’étangs sans dénivellation (comme le schéma ci-dessous) reliés entre eux par des conduites spécifiquement dimensionnées. L’eau (en l’espèce l’électricité) circule librement entre chaque étang assimilé à une zone de consommation électrique. Chaque château d’eau correspond à une centrale électrique. En l’espèce pour Tahiti on a 2 centrales thermiques, 16 barrages et 1928 installations PV. Trop de demande à un étang va aspirer (dans une réaction en chaîne) plus d’eau des étangs voisins dans la limite des sections des tuyaux du réseau (en l’espèce des câbles électriques sous-dimensionnés qui s’échauffent en cas de surtension). Inversement pas assez de consommation dans un étang va faire déborder en cascade la production vers d’autres étangs voisins.

Donc le centre de dispatching doit coordonner en permanence (à la seconde près grâce à l’informatique) l’équilibre continu entre la production et la consommation électrique dans chaque zone géographique en question. C'est justement le rôle de la Société de Transport d’Energie électrique en Polynésie-TEP dont 20% de son capital social est détenu depuis avril 2022 par la RTE, filiale du plus grand gestionnaire de réseau de transport d’électricité en Europe. Répartition du capital social de la TEP :

  • Pays : 70%,
  • RTE : 20% acheté pour 537 million xpf; d'où la TEP aurait été valorisée à 2,685 milliards xpf (537m/20%)
  • Socredo : 5%
  • AFD : 5%
The Pond System analogue to the Power Grid - Source : Smart Power Peter Fox-Penner 2010 p.26

Faute d'équilibre continu sur le réseau électrique, on risque des "blackout" à répétition comme celui du 10/10/2019 ! Mais ce scénario d’unités de production d’énergie renouvelable intermittente éparpillées autour de Tahiti apportera difficilement la même garantie de puissance et d’équilibre du réseau électrique tant en tension-volts qu’en fréquence-Hertz qu’une centrale thermique dotée d’une certaine "puissance crête". L’instabilité naturelle due au vent et au soleil augmente effectivement le risque de "blackout" ; le cas de la Californie est flagrant. À moins de "dispatcher" tout le long du réseau électrique EDT autour de l'île de Tahiti, un stockage électrique de masse (encore cher en France : 0,10 € à 0,20 €/kWh soit 12f à 24f/kWh à rajouter au prix TTC EDT-nord de 39,44 f/kWh pour 2018) qui ne couvrira cependant que de quelques jours nos besoins en électricité.  Ci-dessous quelques estimations pour le cas de Tahiti.

Alternativement, Il faudrait 81 éoliennes (puissance 2 MW, hauteur 157 mètres) pour répondre aux besoins de l’île de Tahiti (voir tableau ci-dessous). Selon la société EOLIENNES EN MER DIEPPE LE TREPORT dont l’actionnaire principal est GDF Suez à 47%, un espacement de 1 900 mètres est à respecter entre deux éoliennes d'une même rangée pour permettre à la ressource en vent de se « reconstituer » entre deux éoliennes (réduction de l'effet de sillage) et ainsi maximiser la production électrique du parc.

Ci-dessous l'évolution rapide des modèles d'éolien depuis 1990 : la puissance sera multipliée par 30 (0,5 MW x 30 = 15 MW) et la hauteur incluant le rayon des pales aura aussi dépassé la Tour Eiffel (300 mètres).

FullyChargedDanCæsar⏱ on Twitter: "? GE's new 12MW #wind turbine to have  260 metre tower, 107 metre long blades. London's 'Shard' is only 50 metres  taller. Awe-inspiring, jaw-dropping clean #power. https://t.co/69RkjrnmMh…  https://t.co/UwiVBG43mS"

Voici le dernier monstre de GE qui serait à installer sur les côtes maritimes en France en 2021 : hauteur de 260 mètres et puissance de 12 MW pouvant alimenter en électricité 16 000 foyers ...

AFP News Agency on Twitter: "General Electric unveils plans to develop the  world's most powerful wind turbine and install it off the French coast in  2021… https://t.co/h54egZz1Fb"

Maintenant reste à savoir, si nos associations de protection de l'environnement seront capables d'imposer à la population de Tahiti ces "moulins à vent" de dernière génération comme solution d'énergie renouvelable (EnR) pour remplacer l'énergie fossile, haï pour être responsable du réchauffement climatique; à ce sujet, voir l'excellente vidéo qui résume la problématique de l'éolienne en France. On verra bien au moment de proposer ces éoliens autour de Tahiti, qui aura le courage d'affronter les associations anti-éoliens. Verrons-nous un style du genre : oui pour l'énergie durable mais les éoliens ailleurs et pas devant chez moi!

À titre d’information, ci-dessous un schéma montrant la capacité mondiale actuelle de stockage d’énergie de 51 Giga BTU comparée à la consommation mondiale de 546 000 000 Giga BTU ; soit 0,000009341% ! Donc, ne rêvons pas trop ; on est encore très loin du compte. On n’a ni la capacité technologique et encore moins la compétitivité pour stocker toute l’énergie que l’on consomme.

Source : Documentaire "Planet for the humans" de Jeff Gibbs & Michael Moore Avril 2020 - https://www.youtube.com/watch?v=Zk11vI-7czE&t=4s; chrono à 30:51 dans la vidéo.

Henri Prévot ingénieur du Corps des mines a estimé en mai 2017 que "Pour se passer du nucléaire, il faudrait installer 200 000 éoliennes en France" où la production électrique issue de l’éolien a progressé de 21% en 2019 ; impliquant -6% d’émission de GES. Ci-dessous une situation arrêtée au 30/6/2019 :

Mais attention l’éolienne comme solution à long terme (exemple pour compenser l’arrêt de la centrale de Fessenheim), commence à ne plus convaincre par ses sérieuses faiblesses : son intermittence, son coût et son véritable impact environnemental mal évalué selon un rapport du Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD), mai 2019.- 88. D’autres études récentes montrent qu’avec des pales plus longues, le coût de l'éolien peut être divisé par deux (hauteur de mât 213 mètres au lieu de 152 mètres). Mais quand on habite à proximité d'éoliennes, ce n'est pas forcément une bonne nouvelle". De plus, 7 projets sur 10 font l’objet d’un recours, selon la ministre Elisabeth Borne.

L'ancien inspecteur des finances Patrice Cahart dans son livre « La Peste éolienne », qualifie l'éolienne d'énergie nocive et dénonce le soutient en dépit du bon sens du gouvernement.

Quoi qu’il en soit, Michel Gay (grand partisan d’une énergie abondante et bon marché, donc nucléaire…) démontre chiffres à l’appui dans son article du 14/02/2020 "Éolien : foisonnement et stockage ne remplaceront jamais le pilotable", que le foisonnement d’éoliens et d’unités photovoltaïques avec stockage d’électricité sont des leurres. Il conclut : "Les annonces d’un possible stockage d’électricité à l’échelle d’un pays constituent des leurres destinés à faire croire que les productions erratiques de l’éolien et du photovoltaïque peuvent être lissées et maîtrisées pour favoriser leur coûteux développement subventionné par l’argent public des contribuables. S’il n’y a plus de nucléaire, ni de gaz, ni de charbon pour produire massivement une électricité pilotable, et pas de stockages massifs pour absorber et restituer les productions erratiques du vent et du soleil, alors l’avenir va devenir sombre… Et les dernières tentatives honteuses et pitoyables des promoteurs du vent pour attendrir les Français avec de « l’éolien caritatif » n’y changeront rien. En résumé, pas de vent (ou pas de soleil) en Europe, pas d’électricité ! C’est aussi simple que ça". Donc selon Michel Gay, la messe est dite pour une option 100% EnR en France et en Europe de l’Ouest en général. Et Michel Negynas d'en rajouter : l'éolien n’est pas et ne sera jamais rentable; c'est un secteur maintenu artificiellement à coups de réglementation.

Jean-Marc Jancovici n'en pense pas mieux de l'énergie solaire et les éoliennes pour la France ; voir son interview du 8/10/20. Il dénonce que «Les éoliennes et les panneaux solaires n’ont pas servi à décarboner le pays».

Jean-Louis Butré est ingénieur de l'Ecole Supérieure de Physique et Chimie de Paris, chef de laboratoire de recherches (filières réacteurs)  au Centre d’Études Nucléaire de Grenoble. Il parle du "paradoxe éolien en France : plus il y a d’éoliennes moins il y a d’électricité". C’est ce que démontre le graphique officiel du Réseau de Transport de l’Électricité (RTE).

Donc soyons très prudents sur l'intermittence des éoliennes qui augmente le risque de "blackout".

Enfin dans un article titré : "100 % d’électricité renouvelable en 2050 : la fin d’une illusion" (Le Point du 4/2/2021), il est démontré que la France dont la production électrique est déjà décarbonée à 93%, ne pourra pas se passer totalement de l'énergie nucléaire en 2050. Cette conclusion est basée sur un rapport qui a été remis le 27 janvier 2021 au gouvernement et rédigé conjointement par RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, et l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

5. Notre électricité de Tahiti

Ci-dessous à titre indicatif pour la France la composition des Tarifs Réglementés de Vente (TRV) sur la base du TRV résidentiel moyen au 1er juin 2019, comparée à celle de l’EDT.

À titre indicatif, cette vidéo intéressante de janvier 2023 explique la complexité du marché européen de l'électricité ayant abouti à un mécanisme aberrant de fixation des prix en 2022 : "Pourquoi les prix de l’électricité s’envolent (et vont continuer de le faire)"- Le Monde du 15/01/2023.

Pour ici, voici un récapitulatif de la Structure du prix TTC du kWh de l’électricité sur Tahiti-Nord basé sur les rapports 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019 du délégataire EDT-Tahiti Nord, disponibles sur Internet. Ce tableau synoptique (source EDT) permet d’analyser le coût de notre électricité. Malheureusement il ne sépare pas l’activité de production thermique (qui est ouverte à la concurrence), de l’activité de distribution de l’électricité qui elle, est un service public. Ce qui est très dommage pour respecter le cadre juridique distinct des trois filières de l’électricité : la production, le transport et la distribution.

En 2018 les achats d’énergies primaires de 14,40 f/kWh (cellule N15 tableau ci-dessus) ont englobé le thermique, l’hydro et le solaire qui, bien que racheté à un prix garantit actuellement à 15,98 f/kWh, a été racheté à un tarif moyen de 28,58 f/kWh (voir cellule G41 tableau ci-dessous). A ce sujet, espérons que nous ne connaîtrons pas la situation catastrophique de l'Espagne où 62 000 familles ont été ruinées en 2022 par l'énergie photovoltaïque.

Le prix TTC de l’électricité EDT-Nord étant déjà élevé (39,44f/kWh pour 2018), il y a peu de chance qu’il devienne à terme moins cher que le prix de rachat du solaire garantit actuellement à 15,98 f/kWh. Mais n'oublions jamais que ce tarif contractuel de rachat "censé être arbitrairement élevé pour être suffisamment incitatif" pour le producteur solaire, ne repose pas sur les "forces naturelles du marché". Par souci d'intérêt général, le gouvernement risque donc de l'abaisser davantage comme le tableau ci-dessous laisse augurer :

Nous avons essayé d’éclater davantage ces achats d’énergies primaires à la colonne E ci-dessous pour retomber à 13,64 f/kWh (cellule E6) au lieu de 14,40 f/kWh. La différence de 0,76 f/kWh peut s’expliquer par le rendement réseaux sur production nette, la refacturation à SECOSUD et l’électricité gratuite au personnel EDT. Le prix d’achat de matières premières thermique estimé à 13,89 f/kWh (cellule C3) ayant contribué à 9,05 f/kWh (cellule E3) dans le prix TTC n’inclut pas les coûts supplémentaires pour produire l’énergie thermique. Ils sont "noyés" dans les autres postes de charges du tableau de la Structure du prix TTC du kWh.

On peut donc raisonnablement conclure que les prix actuels de l’ENR fixés par le gouvernement (l’hydroélectricité à 12,66 f/kWh et le solaire à 15,98 f/kWh sans stockage sur batteries) contribuent à faire baisser notre prix d’électricité puisqu’ils n’ont rien à voir avec les coûts supplémentaires de la production thermique.

Par ailleurs, avec l’instabilité permanente du cours mondial du pétrole qui a chuté à $20 le baril à fin mars 2020 depuis la pandémie du coronavirus venu de Wuhan (Chine), le prix du thermique n’est malheureusement pas un "coût d’opportunité" pertinent. De toute manière, il est voué à augmenter à mesure de l’épuisement des énergies fossiles et des conflits géopolitiques.

Cours mondial du baril de pétrole en $US

Le prix TTC EDT-Nord détaillé de deux manières (lignes bleues 7 & 16 du tableau Structure du Prix TTC du kWh) a oscillé entre 39f et 44 f/kWh pour 2014-2018. Plus récemment en 2019, ci-dessous un échantillon de 4 factures EDT-Nord, certes certainement contestable comme prix moyen TTC pour Tahiti mais intéressant comparé aux classements mondiaux des coûts d’électricité.

En comparant ces fourchettes de prix avec le tableau ci-dessous où les Iles Salomon ont le prix d’électricité le plus cher au monde (selon Worldatlas), chacun pourra faire sa propre analyse. Il existe d’autres tableaux de classement mondial de prix d’électricité dont celui de GlobalPetrolprices.com plafonné à US$ 0,40/kWh. Bien évidemment la prudence s’impose car on ne connaît pas la nature des éléments constituant la structure du prix TTC du kWh de chaque pays ; par exemple, les taxes seraient très élevées pour le Vanuatu.

Selon le site web de l’EDT Maeva Expat accédé le 08/11/2019 : "Le prix moyen du kWh est de 32,77 xpf en Polynésie. …La Polynésie est ainsi le 4e pays ayant le tarif le moins cher pour les clients particuliers consommant moins de 200 kWh/mois, ce qui correspond à la majorité des consommateurs polynésiens".  Voir ci-dessous le tableau pour l’année 2015 en question (colonnes en jaune).

D’une part, basé sur une facture réelle EDT n° F201512082298 de décembre 2015 pour une consommation de 208 kWh TTC, on obtient 45,95 f/kWh T.T.C. D’autre part, la tranche de consommation (réf TP0) de 0 à 180 kWh/mois facturée en moyenne à 19,09 f/kWh n’a représenté que 3,23% du chiffre d’affaires énergie 2015 de l’EDT (voir tableau ci-dessous cellule E3). Dans le même tableau mais pour 2018, la tranche (réf P1) de 0 à 240 kWh/mois n’a pesé que pour 4,4%.

Donc le prix TTC 2015 de 43,62 f/kWh (cellules E7 & E16 du tableau Structure du Prix TTC du kWh) qui a été payé par l’ensemble des abonnés de Tahiti-Nord nous semble être un coût plus représentatif de la réalité. En fait l’EDT s’attèle à sécuriser sa rentabilité prévue dans son Compte d’Exploitation Prévisionnel (CEP) annexé à l’avenant 17 du 29 décembre 2015 (Rapport délégataire EDT 2018 p. 63) montrant les niveaux de marge « attendus » par les signataires (Pays et EDT). Voici ce qu’on peut lire dans le Rapport délégataire EDT 2018 :

  • Page 4 : Depuis mars 2016 à décembre 2018 le fioul a augmenté de 114,2% et le gazole de +87,8%. La redevance de transport (TEP) pourla même période a augmenté de 41%. Les tarifs de vente de l’électricité sont restés stables depuis 2016.
  • Pages 5 & 64 : Formule tarifaire et rémunération du concessionnaire : La formule de "Revenu Autorisé" de notre concession prévoit que les tarifs de l’électricité sont actualisés : « tous les ans au 1er mars », ou « À tout moment : en cas de modification d’un ou plusieurs des paramètres qui composent les CE », (le terme CE correspondant aux dépenses d’énergie, de combustible et de transport). Toutefois, depuis le 1er mars 2016, aucune mise à jour des tarifs n’a été opérée, malgré une hausse des prix des hydrocarbures, et de la redevance de transport due à la TEP. … . En cumul depuis 2016, le manque à gagner du concessionnaire s’établi à 2,27 milliards dont 1,954 milliards au titre de 2018. A la date de d’émission de ce rapport un avenant 18 a été signé, reconnaissant que la charge de combustible et la redevance de transport n’ont pas à être supportées par EDT.
  • Page 69 : « Avant IS, le résultat récurrent que ce soit de l’exercice ou en cumul depuis 2016 est en retrait significatif par rapport à celui annoncé dans le compte d’exploitation prévisionnel de l’avenant 17 ».

Ci-dessous un récapitulatif de la rentabilité de l’EDT avec ses ramifications dans notre marché de l’électricité (voir infra ses participations dans le capital social de Maramanui et de la TEP) :

Or, la marge en % (ligne 21 du tableau Structure de Prix TTC du kWh) ne corrèle pas avec les bénéfices nets dégagés (ligne 20) ; insinuant que les bénéfices nets de l’EDT ont peu de rapport avec le coût du pétrole (ligne 15)! Pourtant, selon le tableau du mix électrique 2018 ci-dessus l’achat du fioul et autres matières premières mais hors coût de production de l’énergie primaire thermique a été estimé à 23% du prix TTC (9,05f / 39,44f).

Par ailleurs, malgré le non-respect de la formule du "Revenu Autorisé" qui permet à l’EDT de prendre TRES PEU DE RISQUE FINANCIER, ses bénéfices nets réalisés n’ont pas été si catastrophiques. A fin 2018, l’EDT a revendiqué que ses bénéfices nets auraient dû se cumuler à 5,69 milliards xpf (3,42 + 2,27) !

6. L’avenir du marché de l’électricité en Polynésie

L’énergie solaire PV semble bien être l’énergie de l’avenir puisque l’EDT prévoit pour les îles de grands projets de fermes solaires avec stockage. Une solution identique sur Tahiti permettrait de réduire au plus tôt nos importations d’énergie fossile, d’autant que l’ENR est nettement plus compétitive que le thermique qui est estimé à 13,89 f/kWh + les coûts pour produire cette énergie thermique. Rappelons que deux gros actionnaires détiennent environ 1/4 (24,2% = 20% + 4,2%) du capital social de l’EDT :

  1. L’État français pour 20% = 16,78% + 3,2% :
    1. 23,64% des 71% d’Engie-France dans le capital de l’EDT ; soit 16,78% = 23,64% x 71% ;
    1. 23,64% des 64% d’ENGIE de la SMEG ; soit 3,2% = 23,64% x 64% x 21%
  2. la Principauté de Monaco pour 4,2% = 20% des 21% de la Société Monégasque de l'Electricité et du Gaz (SMEG).

Face à ces deux états-actionnaires propriétaires de 1/4 de l'EDT, on comprend que notre gouvernement ait fort à faire pour mieux défendre les intérêts des abonnés au détriment du "monopole régulé" accordé dans le secteur de l’électricité.  Grâce à cette espèce de "monopole naturel" (une sorte de "mal nécessaire" où la manière la plus efficace d’organiser la filière serait de la confier à une seule entreprise, selon certains spécialistes ; voir p. 53 du livre "Transition(s) électrique(s)" préfacé par Gérard MESTRALLET ancien PDG d’ENGIE), l’EDT a ainsi pu asseoir sa prééminence avec :

  • Au stade de la production d’électricité :
    • Un monopole de la production thermique
    • Une majorité au capital de MARAMANUI (56,36%), propriétaire de barrages hydroélectriques ; le Pays détenant 35,38%.
  • Au stade du transport d’électricité :
    • Une minorité de blocage dans la Société de Transport d’Énergie électrique-TEP (39%).
  • Au stade de la distribution d’électricité :
    • Un monopole des deux concessions de distribution de l’électricité sur l’île de Tahiti : EDT-nord et SECOSUD.

Cette stratégie de développement ayant permis à l’EDT de s’imposer dans notre secteur "assez fermé" de l’électricité, est remarquable et digne de l’enseignement de Sun Tzu. Mais laisser une position dominante s’étendre dans le secteur de l’énergie n’est probablement pas la « configuration idéale » pour que le Pays puisse mener à terme sa politique d’indépendance énergétique sans l’emprise « pesante » de cet intérêt privé.

À ce sujet, est-ce toujours justifié d’avoir un investisseur pour des centrales thermiques vouées à une "redondance" ou à une surcapacité face à la montée en puissance de l’EnR ? L’apport prioritaire et progressif de l’EnR dans le mix électrique démontrera que le thermique sera beaucoup moins rentable et plus cher à mesure que sa contribution au réseau public (EDT-Nord & SECODSUD) baissera au profit de l’ENR ! Donc avec une baisse censée constante de la production du thermique remplacée théoriquement par plus d’ENR, le coût de production finale (achats fioul + frais pour produire l'électricité d'origine thermique) aujourd’hui déjà très cher, le sera encore plus dans le temps avec des économies d’échelles en diminution et des charges croissantes de la production thermique.

L’électricité étant un produit de "très grande" consommation et donc d’intérêt général, ne faudrait-il pas privilégier plutôt la contrainte de notre coût d’électricité au détriment de la cupidité des actionnaires qui en fait prennent TRES PEU DE RISQUE FINANCIER grâce à la garantie du "REVENU AUTORISE" prévu dans le contrat de concession ?

En théorie, le Pays ne devrait-il pas privilégier l’intérêt général des abonnés au détriment de l’intérêt privé des actionnaires de l’EDT (Etat français 20% + Monaco 4,2%) pour un meilleur avantage concurrentiel du Fenua. En l'occurrence, le Pays devrait promouvoir en priorité sur Tahiti principalement, les énergies renouvelables qui sont plus compétitives que l’énergie thermique selon les chiffres ci-dessus de l'EDT.

Dans le prochain article nous allons aborder le sujet de la transition espérée vers l’énergie renouvelable (EnR), dont la mise oeuvre n’est pas si simple qu’on ne le pense.


Sommaire des articles du dossier :


Le réchauffement climatique : pourquoi tant de controverses

Sommaire du sujet écrit en 16 articles parus dans Tahiti Pacifique Magazine de Mai 2019 à Décembre 2019

I- LE DEBAT DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

1/16 -Le réchauffement climatique : le décor est planté

  1. Le "réchauffement climatique est devenu le "changement climatique"
  2. D'emblée plantons le décor!
  3. Tout a commencé avec Al Gore et sa fameuse courbe de température
  4. Les principaux protagonistes du débat sur le réchauffement climatique
  5. La prédominance médiatique des climatoalarmistes
  6. Le bal des climatoalarmistes hypocrites : faites ce que je dis mais pas ce que je fais

2/16 - Le réchauffement climatique : des objectifs politiques inavoués

  1. L’implication du politique dans le débat
  2. "Le machin" qu’on appelle l’ONU où il n'y a aucun chef
  3. La nature du GIEC : politique ou scientifique ?

3/16 - Le réchauffement climatique : un débat mal engagé

  1. Un bref historique du débat expliqué par un scientifique français
  2. Le scandale en 1998 de la courbe de température en "cross de hockey"
  3. Le scandale en 2009 du Climategate ou l’incident des e-mails du Climatic Research Unit

4/16 - Le réchauffement climatique : une appréciation scientifique difficile

  1. La Terre et son enveloppe atmosphérique avec les différentes couches thermiques
  2. L'effet de serre : la molécule à l'état gazeux dihydrogène (H2) formant l'eau (H2O) a un Pouvoir de Réchauffement Global (PRG) 11 fois plus que la molécule dioxyde de carbone (CO2)
  3. L'effet d'albédo
  4. Le bilan énergétique de la Terre
  5. Cette "satanée" de CO2 émise par l'activité humaine depuis la Révolution industrielle au 18ième siècle
  6. La fameuse courbe Keeling de CO2 qui constaterait la lente extinction de l'humanité
  7. La molécule CO2, cette mal-aimée au cœur du débat scientifique
  8. Le paradoxe de l'œuf et de la poule : c'est la température qui commande scientifiquement la teneur en CO2 dans l'atmosphère et pas l'inverse comme le sous-entendent les climato-alarmistes
  9. La molécule CO2, essentielle à la photosynthèse
  10. La molécule CO2, essentielle à notre respiration
  11. La molécule CO2, une part essentielle dans nos boissons

5/16 - Le réchauffement climatique : une idéologie et l’avènement de l’informatique

  1. Une nouvelle idéologie : le "réchauffisme" ?
  2. Le dernier rapport SR1.5 d’octobre 2018 du GIEC vu par le Prof. Ray BATES
  3. L’avènement de la simulation informatique et des mathématiques appliquées dans la climatologie (modélisation climatique ou "computer-simulation models")
  4. Les prévisions de température par tâtonnement expérimental via informatique

6/16 - Le réchauffement climatique : Les arguments des climato-réalistes en France

  1. Etienne VERNAZ
  2. Professeur Vincent Courtillot
  3. Professeur François Gervais
  4. Jacky RUSTE
  5. Philippe Bousquet et Jean-Louis Dufresne
  6. Marie-Antoinette Mélières

7/16 - Le réchauffement climatique : Les arguments des climato-sceptiques aux Etats-Unis

  1. Steven E. Koonin
  2. Dr Richard Alan KEEN spécialiste en climatologie University of Colorado at Boulder
  3. Dr. Jay LEHR science director THE HEARTLAND INSTITUTE
  4. Watts Up With That?
  5. Dr Roy Warren SPENCER Principal Research Scientist IV University of Alabama Huntsville
  6. Dr. Patrick MICHAELS, Directeur au Cato Institute & Dr John CHRISTY University of Alabama in Huntsville
  7. M. Ivar GIAEVER - prix Nobel en Physique 1973
  8. M. Kary MULLIS - prix Nobel en Chimie 1993
  9. Freeman Dyson de l’Université de PRINCETON décédé le 28/02/2020
  10. Dr. Rex J. Fleming mathématicien Ph.D. en science atmosphérique de l’Université de Michigan

8/16 - Le réchauffement climatique : Les arguments des climato-sceptiques en Europe (hors-France)

  1. "L’augmentation forte des concentrations de CO2 liée à la combustion des fossiles depuis 1750, n’est pas scientifiquement établie"
  2. "L’élévation de la température moyenne globale du demi-siècle passé n’est pas atypique par rapport aux 1300 dernières années"
  3. "Le CO2 provenant des combustibles fossiles ne contribue pas, en tout cas pas significativement, à la hausse de température depuis le milieu du 20ième siècle".
  4. "La théorie du changement climatique dû à l’homme se base sur des modèles ou simulations numériques avec tous les aléas, hypothèses et approximations que de tels modèles comportent. Les modèles sont une aide à l’analyse mais ils ne constituent en aucun cas une preuve scientifique"
  5. "Les observations mettent en évidence d’autres facteurs majeurs (Soleil, volcans, courant océaniques, nuages, aérosols, etc.) dans l’évolution du climat, dont le GIEC ne tient pas ou pas suffisamment compte".

9/16 - Le réchauffement climatique : Les arguments des climato-sceptiques en Australie

  1. Les gaz volcaniques composés de CO2 à teneur de 5% à 25%
  2. L’acidification des océans
  3. La technique "d’homogénéisation" des données statistiques
  4. La saturation du CO2 dans l’absorption des rayons infrarouges réémis de la Terre
  5. Les flux et la pondération du CO2 dans l’écosystème

MON OPINION SUR LE DEBAT DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

10/16 - Le réchauffement climatique : Et la Polynésie dans tout cela ? Conclusion du débat scientifique

  1. La recherche d'une "vérité absolue" qui n'existe pas en science
  2. Le cas de la montée des eaux en Polynésie française
  3. L’homme est-il réellement responsable du réchauffement climatique ?
  4. La vapeur d’eau (nuages) cette grande inconnue dans le modèle climatique
  5. La modélisation affinée du climat
  6. Conclusion du débat scientifique sur le réchauffement climatique
    • a. L'évolution de la concentration de CO2 dans l'atmosphère
    • b. La prochaine (6ième) extinction massive des espèces?
    • c. Rappel du point de départ du développement de l'espèce humaine
    • d. Quel serait le taux de CO2 idéal dans l'atmosphère?
    • e. L'impossibilité de revenir au niveau d'équilibre de 280 ppm du début de la révolution industrielle en 1750
    • f. Allons-nous vers un effondrement inéluctable de l'espèce humaine?
    • g. Les 9 limites planétaires à ne pas dépasser
    • h. Quelques pistes pour ne pas sombrer dans la "collapsologie"
    • i. Le véhicule à hydrogène : un buzz qui n'a jamais été une bonne idée selon le Dr Richard MULLER de UC Berkeley
    • j. L'hydrogène comme source d'énergie durable? Tout d'abord, comment produire et stocker le dihydrogène (H2)
    • k. Ensuite une fois le gaz dihydrogène (H2) séparé du gaz dioxygène (O2) et stocké à part, comment consommer l'énergie induite par la formation de l'eau : H2O
    • l. Le débat sur l'avenir de "l'hydrogène"
    • m. Après ce long débat passionnant sans sombrer dans le "transhumanisme"

II- LA POLITIQUE ENERGETIQUE AU REGARD DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

11/16 - Le réchauffement climatique : une économie que l’on essaye de "d’acclimater"

  1. La politique énergétique : un corollaire du réchauffement climatique
    • Tout d'abord, c'est quoi l'énergie ?
    • Pourquoi parler de l'énergie dans le débat du réchauffement climatique ?
      • Les trois piliers du développement durable : l’écologie, l’économie et le social
      • Le développement durable et la lutte contre la pauvreté
      • Le débat dichotomique du développement mondial : pays riches contre pays pauvres
      • Le financement des dégâts climatiques par les pays riches, principaux responsables du réchauffement climatique
      • La fiscalité pour financer la transition énergétique
  2. Le dilemme : le réchauffement climatique et la lutte contre la pauvreté
  3. Le réchauffement climatique et la course au développement économique
  4. Prix Nobel 2018 économie-climat
  5. Conclusion

12/16 - Le réchauffement climatique : les réalités économiques

  1. La politique énergétique et ses contraintes
  2. La grande différence entre "l'énergie produite" et "la puissance installée"
  3. Le réchauffement climatique et la consommation d’énergie liée au niveau de vie d’un pays
  4. Les pays qui émettent le plus de CO2
  5. Les écarts de consommation d’énergie entre pays
  6. Conclusion

13/16 - Le réchauffement climatique : l’économie "propre"

  1. La molécule d'hydrogène (H2) contenue dans les nuages (H2Oréchauffe 11 fois plus le climat que le CO2
  2. Le gaz à effet de serre Méthane (CH4réchauffe 21 fois plus le climat que le CO2
  3. Est-ce réaliste d’imaginer un monde sans bovins ou sans riz?
  4. La neutralité carbone et les "puits de dioxyde de carbone (CO2)" communément appelés "puits de carbone"
  5. L’économie propre exprimée en CO2 émis
  6. Les objectifs très ambitieux voire irréalistes du GIEC
  7. Les enfants montent au créneau
  8. Conclusion

14/16 - Le réchauffement climatique :  la place prépondérante de l’électricité

  1. Le poids de l’électricité dans la production d’énergie finale
  2. Le poids prépondérant de la production d’électricité dans les émissions du CO2
  3. L'impossible défi du 100% EnR avec l'éolienne et le solaire
  4. La stabilité du réseau électrique
  5. Notre électricité de Tahiti
  6. L’avenir du marché de l’électricité en Polynésie

15/16 - Le réchauffement climatique :  la transition espérée vers l’énergie renouvelable (EnR)

  1. Le "Green New Deal" venu des États-Unis
  2. La transition énergétique telle enseignée par le partenariat Agence Française de Développement (AFD) et l’École Normale Supérieure (ENS)
  3. La difficile combinaison "EnR-fiscalité-inégalités"
  4. Poker menteur
  5. L’impossible défi d’un mix énergétique à 100% en énergie renouvelable (EnR)
  6. La passion l’emporte sur la raison ou l’utopie de la croissance verte

MON OPINION SUR LA POLITIQUE ENERGETIQUE

16/16- Le réchauffement climatique : l’énergie nucléaire est-elle inexorablement l’apport complémentaire de dernier recours ?

  1. Une nouvelle vision du nucléaire ?
  2. Le compte n’est pas bon et le GIEC soutient à demi-mot … le nucléaire
  3. Cette énergie qui émet moins de CO2
  4. Cette énergie qui fait peur
  5. L’énergie nucléaire revisitée
  6. L'énergie nucléaire contenue dans le noyau de l'atome
  7. L'énergie nucléaire par la fission du noyau de l'atome
  8. L'énergie nucléaire par la fusion de deux noyaux atomiques
  9. Une conclusion plutôt pessimiste sur l’évolution énergétique

Laisser un commentaire