L'élection du 3 novembre 2020 : Trump battu de 0,18% à cause des votes par correspondance dépouillés en dernière minute, dans les "swing states".

Cela devait arriver avec la pandémie du Covid-19

Selon NBC news du 18/12/2020 (chiffres à l'échelle nationale mis à jour le 3/12/2020 par Target Smart), sur un total de 101,27 millions de votes reçus en avance (early vote returned) :

  • 61,77 millions (61% x 101,27 millions) ont été des votes par correspondance (mail-in early ballots);
  • 39,5 millions (39% x 101,27 millions) ont été des votes en personne (in-person early ballots)

A cause du Covid-19, il y a eu environ 62 millions de votes par correspondance reçus à l'avance : presque l'équivalent de la population française de 67 millions!

Postface 01/04/2022 : Il est maintenant de notoriété publique que Mark Zuckerberg de Facebook a financé de sa poche pour plus de $ 400 millions (soit plus de 40 milliards xpf) la mise en place d'urnes pour aider à récolter les votes (funding drop-box ballot operations) dans les états pivot (Swing states). "Zuckerberg and other leftist operators dropped 400 million dollars through the Center for Tech and Civic Life (CTCL) and the Center for Election Innovation and Research (CEIR). The funds were used for increased ballot boxes in areas vital to a Biden victory. The documentary claims that 2,500 election districts across 49 states applied for and received funds from the Zuckerberg connected initiatives. Zuckerberg associates say that the funds were used to help states manage the difficulties of running an election during a pandemic! The funds were used in many of the key swing states, including Georgia, Arizona, and Wisconsin. Surprisingly, Joe Biden won all of these states and even more shocking is the amount of fraud being uncovered in all three states!"

Postface 20/01/2023 : Lors des élections des Midterms de novembre 2022, près de 11 millions de votes par correspondance manquaient dans l'état de la Californie - "Election Integrity Watchdog Finds California Lost 10.9 Million Mail-In Ballots in 2022 Midterms".

Rappelons que le vote par correspondance est interdit en France depuis 1975 à cause justement d'un sérieux risque de fraude électorale.

Selon le système du Collège électoral chargé d'élire le président des Etats-Unis, le malheureux candidat Trump a été "coiffé au poteau" par une différence de 280 000 voix (voir la dernière colonne à droite du tableau ci-dessous; source Bill O'reilly No Spin News du 31/12/2020), provenant curieusement par coïncidence de bulletins par correspondance injectés tardivement durant une interruption technique douteuse de comptage dans 5 villes d'états pivot : Phoenix (AZ) 10 000 + Atlanta (GA) 12 000 + Detroit (MI) 155 000 + Milwaukee (WI) 21 000 + Philadelphia (PA) 82 000. Cette différence de 280 000 voix représente en fait 0,18% (0,280/158) du suffrage exprimé total de 159,63 millions dont 81,28 millions pour Biden, 74,22 millions pour Trump et 3 millions pour les autres candidats.

Trump est donc dans un branle-bas de combat pour prouver que des fraudes électorales ont causé sa défaite. Malheureusement pour lui, les juges, en particulier de la Cour Suprême, éludent la problématique qu'ils sous-entendent de nature essentiellement politique, en refusant d'examiner les contentieux présentés par les pro-Trump. On comprend bien que les 9 juges de la Cour Suprême n'ont pas du tout envie de décider, à la place des électeurs américains, qui sera le prochain président!

Donc le sort de Trump est remis à une décision politique du Congrès (réunissant la Chambre des représentants et le Sénat) qui doit officialiser le 6/1/2021 le décompte définitif des grands électeurs de chaque état, pour élire au final le président des Etats-Unis.

Le monde entier tenu en haleine

Depuis le 4 novembre 2020, toute la presse internationale nous matraque la victoire de Biden. Pourtant les résultats dans les états pivot (swing states) sont entachés d'irrégularités et de fraudes électorales pour des milliers de vote par correspondance qui ont fait la différence en faveur de Biden à la dernière minute. Nous l'avons d'ailleurs soupçonnés dans notre précédent article.

The Epoch Times a présenté une excellente vidéo relatant ces faits. Bien évidemment ce positionnement a été qualifié de complotiste par les principaux médias de masse anti-Trump : voir l'article La chasse à l'homme visant Trump 2/6.

Curieusement, les données informatiques concernant ces importantes anomalies ont été effacées de manière coordonnée : cas de Michigan et de la Géorgie entre autres. Est-ce la partie émergée de l'iceberg? Les avocats de Trump ont donc contesté ces résultats devant les tribunaux d'états et espèrent, s'il le faut, aller jusqu'à la Cour suprême des Etats-Unis. Malheureusement, le temps joue contre Trump car les juges devront trancher avant l'inauguration officielle prévue le 20 janvier 2021.

La presse américaine anti-Trump, le sait très bien, n’a pas le pouvoir de désigner le vainqueur comme on le constate actuellement dans les médias. Encore moins la presse française qui tend à reproduire (comme d'habitude) le contenu de la presse américaine anti-Trump. On comprend vite que l'objectif de cette dernière est le matraquage médiatique pour que le peuple américain et le monde entier se résignent à accepter la victoire de Biden.

De plus, pour pouvoir être élu officiellement président des Etats-Unis par les Grands électeurs le 14 décembre 2020, il faut au préalable avoir été déclaré vainqueur des élections de deux manières possibles :

Ci-dessous les fameux 6 swing states (Arizona, Nevada, Georgie, Michigan, Wisconsin et Pennsylvanie) qui n’ont pas encore déclaré officiellement un vainqueur, vu la confusion totale sur la fiabilité du décompte final des votes par correspondance qui ont entrainé les contentieux engagés par les pro-Trump pour contester l’intégrité de ces élections; chiffres d'Epoch Time qui sont bien sûre contestés par les principaux médias anti-Trump.

ARIC CHEN™️ on Twitter: "Here is a more accurate map showing the current  political reality of the election. President @realDonaldTrump is leading  with 232 Votes, Biden has 227. Last updated 11/11/2020, 10:30AM (
.

Ci-dessous une autre carte mise à jour le 15/12/2020 par NTD (qui est la branche TV d'Epoch Times) montrant les mêmes 6 "swing states" (avec le New Mexico NM) dont les votes des Grands Electeurs sont toujours contestés.

Election 2020

La curieuse "majorité exceptionnelle" de votes par correspondance en faveur de Biden

Au 3 Novembre 2020 vers 22 h, alors qu'une large majorité des bulletins de vote a été dépouillée, Trump dans une conférence de presse déclare son avance sur Biden dans les swing states. Mais il sous-entend que des milliers de votes par correspondance risquent d'apparaître dans la nuit, curieusement en majorité pour Biden, pour changer totalement le cours des élections. Et c'est ce qui s'est passé principalement dans les lieux de vote gérés majoritairement par des élus démocrates et cela sans la présence des pro-Trump lors du dépouillement tard dans la nuit! Selon Bill O'Reilly No Spin News du 31/12/2020, chrono 22:20; ci-dessous un résumé du décompte final :

  1. en Pennsylvanie : à la fermeture des urnes (polls closed) Trump avait plus de 600 000 voix d'avance; après le dépouillement complémentaire des votes par correspondance Trump est battu de 82 000 voix au décompte final!  Plus de 800 000 bulletins frauduleux auraient été introduit dans la nuit. Selon Ruddy Giuliani, concernant les bulletins de vote par correspondance, il y a eu plus de votes décomptés au dépouillement que de bulletins par correspondance expédiés initialement aux électeurs qui devaient voter par correspondance. Une équipe d'experts en analyse de données statistiques ont démontré que 432 000 voix pour Trump ont été retirés!
  2. au Michigan : à la fermeture des urnes (polls closed) Trump avait plus de 300 000 voix d'avance; après le dépouillement complémentaire des votes par correspondance Trump est battu de 155 000 voix au décompte final! Dans le Antrim County, le 3 novembre Biden avait gagné de +3 000 voix, au deuxième recomptage le 5 novembre Trump gagne avec +2 500 voix et au troisième recomptage Trump gagne 9 759 voix contre 5 959 pour Biden. En tout cas, voir le rapport d'audit qui montre ces erreurs humaines ou intentionnelles; 
  3. en Georgie : à la fermeture des urnes (polls closed) Trump avait plus de 100 000 voix d'avance; après le dépouillement complémentaire des votes par correspondance Trump est battu de 12 000 voix au décompte final! Une équipe d'experts en analyse de données statistiques ont détecté 17 650 bulletins de vote qui, sans explication, ont "basculé" de Trump au profit de Biden;
  4. au Wisconsin : à la fermeture des urnes (polls closed) Trump avait plus de 117 000 voix d'avance; après le dépouillement complémentaire des votes par correspondance Trump est battu de 21 000 voix au décompte final! Postface EpochTimes du 04/03/2022 : "Wisconsin Special Counsel Alleges Massive Misconduct in 2020 Election : "Special Counsel Michael Gableman says in a 136-page interim report that he has uncovered numerous instances of alleged lawbreaking in Wisconsin in the 2020 election."
  5. en Arizona selon Rudy Giuliani, Trump a été battu de 10 000 voix environ alors qu'il est de notoriété publique que des milliers d'immigrants en situation irrégulière ont voté illégalement, en ayant simplement un permis de conduire. Par ailleurs, une équipe d'experts en analyse de données statistiques ont démontré que de 1998 à 2020 le nombre d'électeurs a progressé de 200% alors que la population d'Arizona n'a augmenté que de 44% ! P.S. Ci-dessous pour l'Arizona les résultats de l'audit des élections révélés en septembre 2021, rappelons pour une différence finale de 10 457 voix en faveur de Biden :
    • 23 344 votes par correspondance provenaient d'anciennes adresses d'électeurs
    • 10 342 votes provenaient potentiellement d'électeurs qui ont voté dans plusieurs comtés
    • 9 041 votes reçus en plus par rapport au total de bulletins de vote expédiés initialement aux électeurs
    • 3 432 votes ne correspondaient pas à des électeurs qui ont bien voté
    • 2 592 votes reçus en plus par rapport au total initial
This image has an empty alt attribute; its file name is image-1-1024x576.png

Conférence de presse du 2/12/20 : Trump montrant un pic vers la fin à droite du graphique pour le Wisconsin où à 3h40 au 4 novembre 2020, les milliers de voix pour Biden sont comptabilisées pour coiffer au poteau Trump qui, pourtant, menait de loin. Est-ce la partie émergée de l'iceberge? Attention Youtube et Twitter ont éliminé les vidéos et les messages qu'ils ont jugés "souverainement" de nature complotiste. On connaît leur penchant anti-Trump! 

Ci-dessous deux autres graphiques pour les cas du Wisconsin et du Michigan : voir ci-dessous le bond vertical de la courbe en bleu (Biden) contre la courbe en rouge (Trump). Le comptage des votes par correspondance (qui ont continué à arriver par milliers après les élections du 3/11/20), a été maintenu et validé sans aucun contrôle des signatures et des pièces d'identité. Cette "négligence intentionnelle" a donc très probablement permis le vote à :

Il est maintenant impossible de vérifier cela à postériori, car tous les bulletins de vote par correspondance ont été mélangés avec ceux des votes en présentiel. Faut-il croire que cela a été voulu par les anti-Trump? Ce retournement brutal dans le décompte des votes est statistiquement peu plausible ! C'est pourquoi l'équipe de Trump a décidé de contester les résultats de ces états pivot (swing states). L'avocate très connue du général Flint, Sidney Powell, a également introduit de son côté plusieurs recours pour mettre en doute ces résultats.

Au 10/12/20 l'état du Texas suivi du Missouri, Arkansas, Louisiane, Mississippi, South Carolina, et Utah ont emboité le pas de Trump pour attaquer également à la Cour Suprême des États-Unis les états pivots de Géorgie, Pennsylvanie, Michigan et Wisconsin pour avoir illégalement modifié leur loi électorale autorisant le droit de vote par correspondance qui a submergé les bureaux de vote et remis en cause l'intégrité de ces élections.

Les républicains Bryan Cutler (Pennsylvania House Speaker) et Kerry Benninghoff (Majority Leader) de la Législature de l'état de Pennsylvanie, ont aussi fait un recours à la Cour Suprême des Etats-Unis contre leur propre état pour contester ces résultats.

La principale question de droit posée dans le recours de l'état du Texas est la suivante : La Constitution des Etats-Unis permet-elle aux tribunaux et aux autorités d'un état de modifier à la dernière minute une loi électorale en vigueur dûment votée par le Pouvoir législatif de l'état en question? Selon Alan Dershowitz, Non! "Does the Constitution permit state courts and state officials to alter election rules enacted by their legislatures?". "The Pennsylvania Supreme Court was wrong in its decision to allow Pennsylvania executive branch officials to count ballots that arrived as many as three days after election day because of the novel coronavirus outbreak. State law requires ballots arrive by election day.

This image has an empty alt attribute; its file name is image-14.png
This image has an empty alt attribute; its file name is image-15.png

C'est tout de même très dommage que cette grande démocratie soit incapable de garantir une transparence dans l'élection de son président. A ce sujet, voir l'excellent film documentaire "The Deep Rig" réalisé par Patrick M. Byrne un "libertarian" qui n'est ni Démocrate ni Républicain et qui avoue ne pas voir voté pour Trump. Au vu de ces anomalies flagrantes, on comprend mieux pourquoi le président Trump demande maintenant aux tribunaux de contrôler l'intégrité de ces élections pour au moins les 6 États pivots.

Bien évidemment, pour les principaux médias anti-Trump tels le New York Times, The Guardian et CNN, Trump est un danger pour la démocratie. Ses recours en contentieux pour remettre en cause la victoire de Biden sont considérés comme des manœuvres politiques pour déstabiliser le pays par ses détracteurs tel John Brenan, ancien directeur de la CIA qui a participé à la mascarade pour atteindre Mikael Flynn dans le but de contrer depuis 2016 le candidat Trump devenu président : voir mon article La chasse à l'homme visant Trump 2/6.

Par ailleurs, maintenant que les élections sont terminées, ces mêmes médias commencent à avouer que Trump avait finalement raison d'avoir soulevé un sérieux soupçon de corruption de la famille Biden (voir le deuxième débat Trump-Biden). Le fils et le frère de Joe Biden sont effectivement sous enquête secrète du FBI depuis des mois. Le procureur général des Etats-Unis de l'Administration Trump, William Barr qui le savait déjà, n'a jamais voulu le dire aux électeurs américains durant la campagne électorale de 2020 pour ne pas être accusé de vouloir favoriser la réélection de Trump. En termes de transparence dans un débat politique, cette malencontreuse "non-décision" de Barr paraît effectivement injuste pour le candidat Trump qui n'a cessé de dévoiler une sérieuse corruption des Biden.

Selon Alan Dershowitz, professeur en droit à l’Université de Harvard, la stratégie des juristes de l’équipe de Trump est maintenant d’empêcher par la voie contentieuse que l'adversaire Biden ne puisse cumuler un total de 270 grands électeurs. Auquel cas, selon la Constitution américaine le Collège Électoral n’aura plus lieu d’être et ce seront les 50 délégués-Représentant de chaque état (avec 1 état = 1 voix) qui éliront le président ; ce cas de figure s'est posé pour l’élection du 3ième président Thomas Jefferson en 1801 face à John Adams.

Or, cette procédure favorise Trump qui détient actuellement la majorité : 26 états républicains (en rouge) contre 23 états démocrates (en bleu) : « Dershowitz believes that the Trump team is seeking to have the election forced into the House of Representatives, by not letting Biden reach the 270 Electoral College votes required to secure the presidency. Republicans have a 26–23–1 state delegation majority in the House. »

Selon les prévisions ci-dessous du site 270toWin au 12/11/20, Trump devrait conforter cette majorité des Républicains à 26-27 (en rouge) contre 20-24 (en bleu) pour les Démocrates : "Therefore, Republicans will have 26 or 27 majorities, Democrats 20 and there will be 3 or 4 ties."

Une bipolarisation exacerbée de la société américaine

Bill O’Reilly avait correctement prédit qu'en se basant sur le nombre de comtés (les subdivisions administratives d'un état), Trump allait gagner largement : 79% des 3 141 comtés contre 15% soit 477 pour Biden qui a la faveur principalement des grandes villes. Mais une étude de la Brookings (un think tank pro-Démocrate) a présenté ce débat sous l'angle dichotomique de l'inégalité économique entre les zones géographiques (comtés) du pays (voir la carte ci-dessous) :

  1. Sur le nombre de comtés gagnés par Trump en rouge : on constate plus de comtés (2497 soit 79%) et une meilleure couverture géographique mais contribuant seulement pour 29% du PIB ;
  2. Sur le nombre de comtés gagnés par Biden en bleu : on constate moins de comtés (477 soit 15%) et une plus grande concentration démographique et géographique dans les grandes villes mais contribuant pour 70% du PIB. President Donald Trump carried 2,497 counties across the country that together generate 29% of the American economy, according to a new study by the Brookings Institution. President-elect Joe Biden won 477 counties that together generate 70% of U.S. GDP.
Source : CNBC du 10/11/20

Sur la base de cette analyse on peut résumer ainsi :

Comprenez donc pourquoi la société américaine est si divisée sur les politiques de la question sociale concernant les sujets récurrents suivants :

L'entrée de Trump sur la scène politique est venue exacerber ce clivage politique entre la gauche (les Démocrates) et la droite (les Républicains). On comprend donc pourquoi il est détesté pour avoir attisé ce débat politique, aux Etats-Unis !

Attendons donc le dénouement de cette élection présidentielle qui n'a pas fini de nous étonner avec des fraudes qui commencent à émerger : voir le cas des 280 000 votes par correspondance qui ont disparu entre New York et la Pennsylvanie!

La procédure pour officialiser l'élection du président des Etats-Unis selon la Constitution, est assez compliquée. Quoi qu'il en soit retenons les 4 dates cruciales suivantes :

Au 25/08/2022 : On a maintenant la preuve que le FBI a ordonné ses agents "d'enterrer" l'affaire du PC laptop de Hunter Binder, par crainte de faire réélire Trump en novembre 2020, comme en novembre 2016 pour l'affaire des e-mails classés secret d'état illégalement stockés dans le PC-serveur d'Hilary Clinton qui fût dénoncée et "exonérée illégalement" par James Comey Directeur du FBI alors qu'il n'avait pas le pouvoir d'inculpation d'un procureur.

Fox news du 25/08/2022 FBI refused Hunter Biden investigation: Whistleblowers

Postface 30/08/2022 : Dans Epoch Time : "Trump Wants Redo of 2020 Election ‘Immediately’ Over New FBI Revelations". Suite aux nouvelles révélations que le FBI aurait "biaisé" le résultat des élections présidentielles de novembre 2020 en "enterrant" l'affaire du laptop de Hunter Biden, Trump lance un pavé dans la marre en demandant immédiatement de nouvelles élections présidentielles; ce qui est totalement irréaliste selon la Constitution des Etats-Unis!

Postface 29-30/08/2022 : Dans Epoch Times "Zuckerberg Slips Up—or Does He? It doesn’t matter if it was the FBI or Facebook leadership who decided to censor the Biden laptop story", Dominick Sansone nous relate un excellent résumé de tous ces anti-Trump (mainstream media, FBI, CIA, DOJ, démocrates) qui ont tout essayé depuis au moins 2015 pour faire condamner Trump au profit de ses adversaires démocrates.

Postface 02/09/2022 Judicial Watch Director of Investigations & Research Chris Farrell "FBI Raid on Trump Home was an Abuse of Power", confirme la jurisprudence que Trump détient l'entière autorité (absolute and unreviewable authority) de "déclassifier" et d'emporter avec lui tous les documents qui ont un rapport avec son mandat de président.

Postface 06/09/2022 : Alan Dershowitz explains what happens next in Trump/FBI case. Il pense que le président Biden actuellement en fonction, en tant que concurrent politique pour les prochaines échéances électorale, n'avait pas le droit de retirer "l'executive privilege" de son prédécesseur Trump.

Postface 10/09/2022 : Dick Morris: Trump took those documents to expose FBI collusion.

Postface 13/10/2022 : Alan Dershowitz pense du January committee : un "kanagoroo committee"

Postface 23/01/2023 : Concernant les documents classés confidentiels également trouvés chez Joe Biden - Dershowitz: This is where the politics problem began at FBI, DOJ

Affaire donc à suivre ...

Laisser un commentaire